Photo de Martine Doyen

bio

Née à Montréal, Lucie Lachapelle a vécu en Abitibi où elle a côtoyé le monde amérindien et est devenue mère de deux métis cris. Diplômée en Communication, profil cinéma, de l'Université du Québec à Montréal, elle a été enseignante, notamment au Nunavik, consultante en communication, assistante à la réalisation et recherchiste pour des documentaires de l’ONF avant de signer son premier film, La Rencontre en 1994. Depuis, elle écrit et réalise des documentaires diffusés au Québec et à l’étranger. (La Rencontre, 1994, Village Mosaïque, 1996, Épouses de Dieu et Ouvrières de Dieu, 1999, Le Stress post-traumatique, 2000, L’Autisme, 2001, Les Phobies, 2002). Avec son film Village Mosaïque, elle a été récipiendaire du Prix Gémeaux du multiculturalisme, et finaliste pour le Prix Gémeaux de la meilleure réalisation et pour la meilleure recherche, pour l’Autisme et La Rencontre, respectivement. Lucie Lachapelle agit aussi comme analyste de scénarios documentaires et de fictions et comme conseillère à la scénarisation. Elle a publié un premier roman intitulé Rivière Mékiskan, chez XYZ, éditeur. Elle écrit de la poésie et des nouvelles.




Village Mosaïque, film documentaire

50 min. 25 sec.
Film couleur
Produit en 1996
ONF Office national du film du Canada
Scénarisation et réalisation: Lucie Lachapelle
Production: Josée Beaudet et Joanne Carrière


Un quartier au coeur du monde, des visages inoubliables. Nous sommes à Côte-des-Neiges, l'arrondissement le plus cosmopolite de Montréal,où se côtoient 75 groupes ethniques. Il n'y a pas si longtemps, c'était un village. Aujourd'hui, c'est un concentré d'univers. Des mots et des regards, des sons et des couleurs s'y mêlent à un rythme trépidant. C'est le pouls du quartier qui bat. Mais cette diversité humaine, conjuguée à la crise économique, engendre des tensions. Des femmes arrivent à les surmonter en s'épanouissant au contact d'une société qui les considère comme égales à l'homme. Un jour, Lucie Lachapelle est allée frapper aux portes qui l'isolaient de ses voisins pour en tirer un film dense et vibrant qui parle de liberté et de déracinement. Un film au regard sensible sur fond de musique urbaine compposée par le jazz man montréalais Harold Faustin.


Récipiendaire du Prix Gémeaux du multiculturalisme en 1996


Pour visionner ce film en ligne: